L a    p e t i t e   N o u v e l l e    

Shared by 

Virginie 

Chez ma petite agence, il y a des hôtesses et bien plus. Une petite équipe d'auto-entrepreneuses, mais aussi cinéastes, modeuses, mamans, parfois journaliste, ambitieux, ou voyageurs, mais aussi il y a celles qui sont venues avec l'envie de créer, et de partager. Il y a Virginie, qui nous inspire et aspire à nous faire réfléchir, rêver, lire, ou entreprendre à Paris ou ailleurs...

 L'inspiration,

 Le souffle d’air frais dans les méninges, la personne qui me fait me dire que tout est possible... c’est Emmanuelle Laborit. Vous ne la connaissez pas encore  ? 

Pas d'inquiétude je vais vous la présenter. Emmanuelle est actrice, écrivaine et chansigneuse... Chansigneuse... c’est beau comme mot mais qu’est-ce que c’est? Emmanuelle chante en langue des signes. Elle le fait avec ses tripes, avec tant de poésie, de grâce, de sensualité qu’elle envoûte le spectateur, tel un serpent qui danse. Peut-être parce que Emmanuelle est sourde. Elle a baigné dans un univers artistique et dans la musique, comme elle le décrit dans son autobiographie « Le Cri de la Mouette » en 1994. Comme tous les sourds, Emmanuelle perçoit la musique par le sol, les murs, les vibrations. Tout son corps chavire, s’enivre et s’étire au rythme de la musique. Elle entend de partout. Chaque parcelle de son corps chante. Elle devient la musique. Son spectacle « Dévaste-moi!» en a dévasté plus d’un...

Cette hyper-expression du corps et du visage, liée à la LSF elle-même, a fait d’Emmanuelle Laborit la 1ère comédienne sourde à recevoir le Molière de la Révélation Théâtrale en 1993 pour son rôle dans « Les Enfants du Silence » de Mark Medoff. Cette récompense, cette reconnaissance ont fait d’elle une réelle ambassadrice de la culture sourde.Emmanuelle est aussi co-directrice d’un théâtre, l’International Visual Theatre, un temple de la culture sourde, au travers duquel elle milite pour une plus grande et meilleure inclusion des sourds dans la société mais aussi pour une vraie

reconnaissance de sa langue, la Langue des Signes Française et de la Culture Sourde.​

Cette Wonder Woman illustre à elle seule la célèbre phrase de Victor Hugo dans sa lettre à Ferdinand Berthier du 25 Novembre 1845 « Qu’importe la surdité de l’oreille quand l’esprit entend? La seule surdité, la vraie surdité, la surdité incurable, c’est cellede l’intelligence » et ne peut que nous encourager, tous et toutes, à voir la vie du bon côté & cultiver nos différences car celles-ci sont ou peuvent devenir de réels atouts dans la vie.

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN...

 

A lire

« Le Cri de la Mouette » de Emmanuelle Laborit - « Ma Parole » de Jean-Yves Augros -

« Les Mots qu’on ne me dit pas » de Véronique Poulain - « Paroles de Sourds » de Patrick Belissen - « Une Clé sur le Monde » de Victor Abbou - « Moi, Armand, né sourd et muet » de Yves Delaporte et Armand Pelletier

 

A voir

« Le Pays des Sourds » de N.Philibert - « J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd »

de L. Carton - « Marie Heurtin » de J_P Améris - « Avec nos yeux » de M. Aldighieri - l’émission « L’oeil et la main » sur France 5

 

A consulter

http://www.ivt.fr : le théâtre, sa programmation, ses cours de LSF

http://www.signesdesens.org: pour jouer avec la LSF

https://bibliopi.wordpress.com: le site des bibliothèques parisiennes ayant un pôle Sourd

​À

-

  • prestataire de services

-

  • Candidature

-

  • agence evenementiel

-

  • agence d'hôtes et d'hôtesses

-

  • accueil en entreprise